Mystères du Vivant

Bien se nourrir, veiller aux gestes « éco-citoyens », apprendre à faire soi-même, cultiver son jardin de manière écologique, apprendre à vivre mieux en dépensant moins : voilà ce que vous trouverez à travers nos activités. Leur originalité vient de l’éclairage particulier qui les baigne pour vous inviter à prendre conscience de ce qui les inspire. Approcher la logique du vivant permet de dépasser des recettes ponctuelles pour remonter à la source du mystère qui pourra guider toutes vos activités et donner des repères face à toutes les situations. Occasions de s’interroger non seulement sur ce que nous faisons mais sur ce que nous sommes profondément, mystérieusement.

6 clés de durabilité du vivant

6 clés de durabilité du vivant
pour notre pérennité et celle de nos organisations

Source Greenloop adn au-delà des nuages

Enseignement du Vivant
Il y a encore 130 ans, la science pensait que le mode relationnel privilégié dans le Vivant était la compétition.

Depuis 50 ans à peine, elle observe et reconnaît que la coopération entre les espèces prévaut et constitue le plus haut facteur d’évolution (coopération entre les cellules, entre les bactéries et notre organisme, entre les arbres et les champignons, …).
Continuer la lecture

La membrane du vivant

Toutes les caractéristiques du vivant exposées par ailleurs « Comment définir le vivant » font intervenir le rôle essentiel de la membrane
Source Greenloop

Définition du vivant

Pour na NASA, est vivant tout système délimité sur le plan spatial par une membrane semi-perméable de sa propre fabrication et capable de s’auto-entretenir, ainsi que de se reproduire en fabriquant ses propres constituants à partir d’énergie et/ou à partir d’éléments extérieurs». Continuer la lecture

Comment définir le vivant ?

……………………

Généralités : vie ou vivant ?

Ce que le biologiste appelle vie est un ensemble de caractéristiques communes à tous les êtres vivants c’est-à-dire les végétaux et les animaux.
Mais la vie est invisible, insaisissable, indéfinissable. Le « vivant » lui est visible et en partie analysable. L’objet de ce cours n’est donc pas la vie mais bien le vivant.

Préambule
Continuer la lecture

Désenchantement du monde

Retrouver les causes psychologiques du « désenchantement du monde »
Comment expliquer qu’alors que nous sommes toujours plus conscients des enjeux environnementaux nous restions pessimistes vis-à-vis des possibilités de changement ?

Constats
Continuer la lecture

Mesures de compensation

La logique du donner-recevoir
S’inscrire dans la dynamique du Vivant nous conduit à recevoir en permanence : de l’air à respirer, de l’eau, des aliments et bien d’autres matériaux ou énergies !
Ne pas oublier de remercier devant ce qui se présente souvent avec abondance. Et de redonner à notre tour. Nourrir aussi la vie comme le font les Indiens avec la Pacha Mama, même s cela est purement symbolique. Une coupelle posée dans mon jardin avec un peu de lait et de miel pour le régal des fées. Laisser la dernière pomme sur l’arbre. Dans un projet de construction de maisons d’habitation, l’architecte avait pris soin de ménager un espace rendu totalement à la vie sauvage en « échange » symbolique pour l’espace occupé par les nouvelles constructions. A chacun sa manière de partager ou de redonner, selon les circonstances, avec la conscience de s’inscrire ainsi dans cette merveilleuse chaîne de la vie.
Continuer la lecture

Rapports homosexuels ne sont pas contre nature

Eclairage

En Iran, les rapports homosexuels sont punis de la peine de mort. En Tchétchénie, ceux qui en ont sont torturés ou assassinés. En France, ils sont stigmatisés dans certaines manifestations. La raison souvent avancée ? L’homosexualité serait « contre-nature ».

Pourtant, de nombreuses espèces d’animaux ont aussi des rapports homosexuels. En 1999, Bruce Bagemihl, un biologiste canadien, a étudié les relations sexuelles de 1 500 espèces et découvert que près d’un tiers d’entre elles en avaient. Pourquoi ? Pour le plaisir bien sûr, mais aussi, étonnamment, pour favoriser la survie de leur espèce.

 

Regards portés sur la vie et les déchets

Une première approche
Pour tenter d’éclairer les nombreuses actions menées au niveau de la gestion de nos poubelles, il me paraissait intéressant d’en chercher les motivations. Des conseils, des réglementations, des initiatives citoyennes reposent sur divers arguments

  • Ne pas polluer et préserver la planète pour les générations futures
  • Ne pas gaspiller par souci d’économies et pour anticiper la fin de nombreuses ressources naturelles

Alors, pour donner du sens à cette gestion des poubelles, je cherchais une motivation plus profonde pouvant dépasser le recours à la culpabilité du pollueur et à l’efficacité économique. Un constat en observant le vivant : si la vie génère automatiquement des déchets, ils sont tous recyclés par d’autres formes de vie. Donc économie circulaire et aucun déchet non recyclable. Continuer la lecture

Alimentation et culpabilité

Penser aux animaux tués que nous mangeons conduit de plus en plus de personnes à s’interroger sur la justesse de consommer des protéines animales. Cela repose en général sur un sentiment de culpabilité bien plus fort que des considérations diététiques sur les méfaits d’un excès de viande ou des enjeux environnementaux en termes de pollution ou d’utilisation efficace de surfaces agricoles limitées.

Il est bien plus rare de percevoir autant de culpabilité à l’égard des légumes que nous mangeons. Manque de sensibilité ou inconsciemment, sujet écarté, car conduisant dans une impasse. Donc il parait plus simple de considérer, sans autre discussion, comme légitime le fait de les manger !
Mais prenez conscience, un instant, de ce qui se passe. Le végétal cueilli, coupé, râpé, ébouillanté, mastiqué pour finir dans le bain d’acide chlorhydrique de notre estomac ! Cruel, violent, non ? Continuer la lecture

Invitations à transmettre

Les formations permettent la transmission de connaissances, premier objectif évident. Des recettes mais surtout la compréhension des mécanismes à l’œuvre

A cela il y a lieu d’ajouter

  • La curiosité pour comprendre le rôle des divers paramètres intervenant dans une recette. Curiosité aussi, pour ne jamais tenir une donnée comme vérité définitivement acquise : interrogations, observations, recherches, expérimentations, remises en cause, etc. permettent de rester à l’affût des nouveautés, des pièges, des avancées scientifiques…
  • Susciter un climat d’émerveillement face à la mise en scène, tant des recettes que de leurs ingrédients, souvent sauvages et fleuris. Le cadre et les ambiances y participent largement
  • La connexion avec la nature, avec les forces de vie véhiculées par l’alimentation. La réconciliation avec le sauvage : plantes dans la nature et fermentations spontanées en sont deux supports complémentaires. Voilà comment s’affine discrètement cette relation privilégiée avec le Vivant pour une vie harmonieuse.
  • Cette relation vécue avec nos cinq sens conduit à chercher dans l’observation de la vie les principes que nous pouvons identifier et appliquer avec profit.

Dans ces principes figure la règle du donner-accepter-recevoir. Celle-ci conduit naturellement les stagiaires à partager à travers leur cuisine leur émerveillement et les valeurs qui les animent. Et, selon les personnes, cet enseignement peut leur donner envie de s’engager à transmettre à leur tour, au-delà du partage d’un repas. La boucle pour moi est alors atteinte avec ce qui devient une formation de formateurs. C’est le signe qu’un élan créateur a bien joué son rôle de « contamination ».

Des sessions sur mesure sont proposées

  • pour la mise en place d’une activité, associative ou artisanale servant de base à ces nouveaux formateurs
  • pour la bonne maîtrise des divers thèmes qu’ils souhaitent privilégier
  • pour un approfondissement de la notion de relation au Vivant
  • pour une bonne organisation des volets logistiques et pédagogiques.

C’est en respectant une telle rigueur que la chaîne de transmission des connaissances peut s’amplifier de manière efficace et respectueuse.

Entrez dans la danse de la vie : Rythmes, cycles et rituels

En observant les manifestations du Vivant, nous constatons qu’elles peuvent se présenter à nous de manière inattendue (à nos yeux, du moins), parfois grandiose, parfois cruelle, ou les deux, tel un volcan qui explose soudainement. Le plus souvent elles s’inscrivent dans des rythmes.
Il est courant de parler des rythmes de la nature en évoquant, à titre d’illustration, les situations suivantes.

Les rythmes de la nature

Le rythme de succession des saisons.

1 ) L’activité en deux étapes

Le printemps : la nature se réveille et commence à montrer ses nouvelles feuilles et à fleurir
L’été : la nature est au maximum de son rayonnement, les fruits murissent, les légumes poussent.

2 ) Le repos en deux étapes Continuer la lecture