Mystères du Vivant

Bien se nourrir, veiller aux gestes « éco-citoyens », apprendre à faire soi-même, cultiver son jardin de manière écologique, apprendre à vivre mieux en dépensant moins : voilà ce que vous trouverez à travers nos activités. Leur originalité vient de l’éclairage particulier qui les baigne pour vous inviter à prendre conscience de ce qui les inspire. Approcher la logique du vivant permet de dépasser des recettes ponctuelles pour remonter à la source du mystère qui pourra guider toutes vos activités et donner des repères face à toutes les situations. Occasions de s’interroger non seulement sur ce que nous faisons mais sur ce que nous sommes profondément, mystérieusement.

Demandez et vous recevrez

Constat
Les personnes ayant une approche écologique souvent jumelée à une quête de sens font parfois référence à des notions subtiles pour mettre en place un avenir conforme à leur vision de la vie. Pensée positive, force d’attraction, intervention des archanges, etc. Il y a là de réelles possibilités, je pense, mais probablement autant de pièges et d’illusions. Comment mieux y voir clair ?

Continuer la lecture

Désherber ou ensauvager sa vie ?

Gérard et ses petites herbes… vous connaissez ? Ah oui (petit sourire), la bonne adresse pour manger des orties !
Ne vous y méprenez pas ! Et si la petite herbe folle était messagère de secrets ? L’essentiel se manifeste souvent aux hommes de manière insignifiante, à croire qu’il souhaite se révéler en priorité, dans toute sa splendeur, aux cœurs simples.
Mais alors quel serait ce secret si jalousement gardé ? Cette petite herbe nous inviterait-elle à prendre conscience qu’en mangeant une soupe d’orties, nous communions avec ces forces de vie qui rythment les flots de sève sous les écorces, la course des étoiles, les pulsations de notre cœur ? La vie d’une herbe qui se donne pour entretenir, un temps donné, la nôtre.
Percevoir que derrière le pain qui accompagne cette soupe d’orties il y a conjonction de farine, d’air, d’eau, de sel, de feu et d’amour. Voilà encore une occasion de se connecter aux divers éléments de la nature. Chaque geste du quotidien peut s’éclairer de la même manière et participer au réenchantement de notre vie.
Nous voilà bien plongés au cœur du mystère du vivant. Inutile de chercher des explications ou de se rebeller. Accepter ce qui est, l’urgence étant de le vivre pleinement en conscience : émerveillement, respect, gratitude.
L’ortie nous a donné tout ce que sa nature d’ortie lui permettait de nous donner. Et nous, qu’avons-nous à donner à la vie pour que cette chaîne se poursuive harmonieusement ? Petits gestes au service d’une grande aventure.
Il ne peut y avoir de réponses toutes faites. Pour ma part, je me contente de partager cette question en la reformulant implicitement à travers de multiples activités, autant d’occasions d’ouvrir des fenêtres pour laisser ensuite le vent, s’il le souhaite, profiter de l’ouverture, souffler à sa guise… et apporter l’inspiration à certains.
L’objectif premier n’est pas de changer le monde mais de profiter de cet éclairage pour estomper la morosité ambiante en renouant avec notre âme d’enfant qui s’émerveille de la vie. Retrouver la joie, celle dont parle si bien Daniel Pons :

La joie, c’est Dieu en vous
Qui se lève
Qui s’ébroue
Et qui commence à sourire.

A partir de chaque action du quotidien, redonner sa place à la poésie, poser des gestes d’autonomie, retrouver des savoir-faire oubliés, retisser les fils d’une transmission brisée, se reconnecter à nos racines et apprendre à composer à nouveau avec les fées !
Voilà de quoi colorer le quotidien des uns, infléchir les activités professionnelles des autres, nourrir la nostalgie de chacun pour une vie meilleure. Une invitation à partager cette dynamique, ponctuellement ou de manière plus engagée. Alors, si cela vous parle, vous pouvez agir concrètement et rejoindre au plus vite ceux qui se passionnent pour ce qui m’anime. Les tâches ne manquent pas et les projets sont multiples. Et, en prime, tout en vous apprenant la langue des oiseaux, nous partagerons peut-être un soir, avec reconnaissance, une soupe d’orties ! Met sage d’herbes folles…

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Pour une nouvelle alliance avec le Vivant

Dans la Bible nous trouvons 8 alliances dont on retient en général les deux principales, celle de l’Ancien Testament avec Moïse comme intermédiaire et celle du Nouveau Testament.
L’ancienne Alliance supposait le respect des « paroles de l’Éternel et de toutes les lois »
La nouvelle alliance, déjà annoncée dans l’Ancien Testament, suppose un changement fondamental. Dieu parle ainsi : « je mettrai mes lois dans leur esprit, je les écrirai dans leur cœur ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. » Voilà une approche privilégiant ce qui vient du fond du cœur en relativisant les lois et prescriptions formelles aliénantes. Cette perspective se trouve bien relatée dans les enseignements du Christ, même si elle n’a pas vraiment été totalement incarnée par les institutions chrétiennes.
Les Juifs ne reconnaissent pas le Messie dans l’arrivée du Christ, ils restent dans l’attente de cette nouvelle Alliance.
Il serait possible pour les Chrétiens de considérer cette nouvelle Alliance comme inachevée et pouvant prendre pleinement tout son sens avec l’émergence d’une nouvelle spiritualité s’adressant au monde entier en réconciliant les hommes, athées ou non, au-delà du clivage des diverses religions.
Relisons les paroles de la Samaritaine. « Nos pères ont adoré sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. » Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. L’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. ». A mettre en pratique dans la liberté et le secret de notre cœur.
Au fait, qu’est-ce qu’une alliance ? C’est une proposition faite par Dieu en vue de régler ses relations avec les créatures. Le moment historique ne serait-il pas venu pour mettre en place ce qui n’a pas vraiment marché jusqu’à présent ? Et en remplaçant le mot piégé de « Dieu » pour évoquer cette Réalité invisible, inconnaissable, qui dépasse notre entendement : « Force divine », « Vivant » ou autre…
En dehors de cette mise en perspective avec l’histoire du christianisme, la relation des hommes avec le divin est bien au cœur des réflexions conduites actuellement dans le cadre de la Transition : telle est la place de la notion « d’éco-spiritualité laïque » prenant la relève des frémissements du mouvement « New Age ».
La question n’est pas de s’interroger si une telle perspective serait utopique pour assurer à l’humanité un avenir paisible. La seule réflexion qui me paraisse légitime serait de rechercher s’il y aurait d’autres moyens pour répondre, dans le contexte actuel, à l’aspiration des hommes cherchant à donner du sens à leur vie en lien avec cette force qui les dépasse et les anime, tout en les réunissant pacifiquement dans une pratique inspirée par cette sagesse enfouie dans leurs cœurs. Toute autre polémique sur l’avenir de l’humanité serait vaine car sans réponse et nous détournant de l’essentiel.
Alors ? Un pari à faire, un engagement à prendre, un idéal à incarner ? Si les doutes sur l’émergence d’une nouvelle humanité existent bien, nous avons cependant tout à y gagner pour notre évolution personnelle. Et cela pour tous, sans distinction, autant pour les athées que pour ceux engagés dans une pratique religieuse.

J’ai enfin trouvé la vérité !

 

La recherche de la vérité est une thématique essentielle pour expliquer intolérance, dictatures et guerres. Etre au clair avec cette notion permet en premier lieu d’adopter individuellement, avec humilité, une attitude juste conduisant à « être » vrai sans prétendre « avoir » la vérité.

Il est classique de comparer la vérité scientifique à la vérité en matière religieuse

Continuer la lecture

6 clés de durabilité du vivant

6 clés de durabilité du vivant
pour notre pérennité et celle de nos organisations

Source Greenloop adn au-delà des nuages

Enseignement du Vivant
Il y a encore 130 ans, la science pensait que le mode relationnel privilégié dans le Vivant était la compétition.

Depuis 50 ans à peine, elle observe et reconnaît que la coopération entre les espèces prévaut et constitue le plus haut facteur d’évolution (coopération entre les cellules, entre les bactéries et notre organisme, entre les arbres et les champignons, …).
Continuer la lecture

La membrane du vivant

Toutes les caractéristiques du vivant exposées par ailleurs « Comment définir le vivant » font intervenir le rôle essentiel de la membrane
Source Greenloop

Définition du vivant

Pour na NASA, est vivant tout système délimité sur le plan spatial par une membrane semi-perméable de sa propre fabrication et capable de s’auto-entretenir, ainsi que de se reproduire en fabriquant ses propres constituants à partir d’énergie et/ou à partir d’éléments extérieurs». Continuer la lecture

Comment définir le vivant ?

……………………

Généralités : vie ou vivant ?

Ce que le biologiste appelle vie est un ensemble de caractéristiques communes à tous les êtres vivants c’est-à-dire les végétaux et les animaux.
Mais la vie est invisible, insaisissable, indéfinissable. Le « vivant » lui est visible et en partie analysable. L’objet de ce cours n’est donc pas la vie mais bien le vivant.

Préambule
Continuer la lecture

Désenchantement du monde

Retrouver les causes psychologiques du « désenchantement du monde »
Comment expliquer qu’alors que nous sommes toujours plus conscients des enjeux environnementaux nous restions pessimistes vis-à-vis des possibilités de changement ?

Constats
Continuer la lecture

Mesures de compensation

La logique du donner-recevoir
S’inscrire dans la dynamique du Vivant nous conduit à recevoir en permanence : de l’air à respirer, de l’eau, des aliments et bien d’autres matériaux ou énergies !
Ne pas oublier de remercier devant ce qui se présente souvent avec abondance. Et de redonner à notre tour. Nourrir aussi la vie comme le font les Indiens avec la Pacha Mama, même s cela est purement symbolique. Une coupelle posée dans mon jardin avec un peu de lait et de miel pour le régal des fées. Laisser la dernière pomme sur l’arbre. Dans un projet de construction de maisons d’habitation, l’architecte avait pris soin de ménager un espace rendu totalement à la vie sauvage en « échange » symbolique pour l’espace occupé par les nouvelles constructions. A chacun sa manière de partager ou de redonner, selon les circonstances, avec la conscience de s’inscrire ainsi dans cette merveilleuse chaîne de la vie.
Continuer la lecture

Rapports homosexuels ne sont pas contre nature

Eclairage

En Iran, les rapports homosexuels sont punis de la peine de mort. En Tchétchénie, ceux qui en ont sont torturés ou assassinés. En France, ils sont stigmatisés dans certaines manifestations. La raison souvent avancée ? L’homosexualité serait « contre-nature ».

Pourtant, de nombreuses espèces d’animaux ont aussi des rapports homosexuels. En 1999, Bruce Bagemihl, un biologiste canadien, a étudié les relations sexuelles de 1 500 espèces et découvert que près d’un tiers d’entre elles en avaient. Pourquoi ? Pour le plaisir bien sûr, mais aussi, étonnamment, pour favoriser la survie de leur espèce.