Mystères du Vivant

Bien se nourrir, veiller aux gestes « éco-citoyens », apprendre à faire soi-même, cultiver son jardin de manière écologique, apprendre à vivre mieux en dépensant moins : voilà ce que vous trouverez à travers nos activités. Leur originalité vient de l’éclairage particulier qui les baigne pour vous inviter à prendre conscience de ce qui les inspire. Approcher la logique du vivant permet de dépasser des recettes ponctuelles pour remonter à la source du mystère qui pourra guider toutes vos activités et donner des repères face à toutes les situations. Occasions de s’interroger non seulement sur ce que nous faisons mais sur ce que nous sommes profondément, mystérieusement.

Regards portés sur la vie et les déchets

Une première approche
Pour tenter d’éclairer les nombreuses actions menées au niveau de la gestion de nos poubelles, il me paraissait intéressant d’en chercher les motivations. Des conseils, des réglementations, des initiatives citoyennes reposent sur divers arguments

  • Ne pas polluer et préserver la planète pour les générations futures
  • Ne pas gaspiller par souci d’économies et pour anticiper la fin de nombreuses ressources naturelles

Alors, pour donner du sens à cette gestion des poubelles, je cherchais une motivation plus profonde pouvant dépasser le recours à la culpabilité du pollueur et à l’efficacité économique. Un constat en observant le vivant : si la vie génère automatiquement des déchets, ils sont tous recyclés par d’autres formes de vie. Donc économie circulaire et aucun déchet non recyclable. Continuer la lecture

Alimentation et culpabilité

Penser aux animaux tués que nous mangeons conduit de plus en plus de personnes à s’interroger sur la justesse de consommer des protéines animales. Cela repose en général sur un sentiment de culpabilité bien plus fort que des considérations diététiques sur les méfaits d’un excès de viande ou des enjeux environnementaux en termes de pollution ou d’utilisation efficace de surfaces agricoles limitées.

Il est bien plus rare de percevoir autant de culpabilité à l’égard des légumes que nous mangeons. Manque de sensibilité ou inconsciemment, sujet écarté, car conduisant dans une impasse. Donc il parait plus simple de considérer, sans autre discussion, comme légitime le fait de les manger !
Mais prenez conscience, un instant, de ce qui se passe. Le végétal cueilli, coupé, râpé, ébouillanté, mastiqué pour finir dans le bain d’acide chlorhydrique de notre estomac ! Cruel, violent, non ? Continuer la lecture

Invitations à transmettre

Les formations permettent la transmission de connaissances, premier objectif évident. Des recettes mais surtout la compréhension des mécanismes à l’œuvre

A cela il y a lieu d’ajouter

  • La curiosité pour comprendre le rôle des divers paramètres intervenant dans une recette. Curiosité aussi, pour ne jamais tenir une donnée comme vérité définitivement acquise : interrogations, observations, recherches, expérimentations, remises en cause, etc. permettent de rester à l’affût des nouveautés, des pièges, des avancées scientifiques…
  • Susciter un climat d’émerveillement face à la mise en scène, tant des recettes que de leurs ingrédients, souvent sauvages et fleuris. Le cadre et les ambiances y participent largement
  • La connexion avec la nature, avec les forces de vie véhiculées par l’alimentation. La réconciliation avec le sauvage : plantes dans la nature et fermentations spontanées en sont deux supports complémentaires. Voilà comment s’affine discrètement cette relation privilégiée avec le Vivant pour une vie harmonieuse.
  • Cette relation vécue avec nos cinq sens conduit à chercher dans l’observation de la vie les principes que nous pouvons identifier et appliquer avec profit.

Dans ces principes figure la règle du donner-accepter-recevoir. Celle-ci conduit naturellement les stagiaires à partager à travers leur cuisine leur émerveillement et les valeurs qui les animent. Et, selon les personnes, cet enseignement peut leur donner envie de s’engager à transmettre à leur tour, au-delà du partage d’un repas. La boucle pour moi est alors atteinte avec ce qui devient une formation de formateurs. C’est le signe qu’un élan créateur a bien joué son rôle de « contamination ».

Des sessions sur mesure sont proposées

  • pour la mise en place d’une activité, associative ou artisanale servant de base à ces nouveaux formateurs
  • pour la bonne maîtrise des divers thèmes qu’ils souhaitent privilégier
  • pour un approfondissement de la notion de relation au Vivant
  • pour une bonne organisation des volets logistiques et pédagogiques.

C’est en respectant une telle rigueur que la chaîne de transmission des connaissances peut s’amplifier de manière efficace et respectueuse.

Entrez dans la danse de la vie : Rythmes, cycles et rituels

En observant les manifestations du Vivant, nous constatons qu’elles peuvent se présenter à nous de manière inattendue (à nos yeux, du moins), parfois grandiose, parfois cruelle, ou les deux, tel un volcan qui explose soudainement. Le plus souvent elles s’inscrivent dans des rythmes.
Il est courant de parler des rythmes de la nature en évoquant, à titre d’illustration, les situations suivantes.

Les rythmes de la nature

Le rythme de succession des saisons.

1 ) L’activité en deux étapes

Le printemps : la nature se réveille et commence à montrer ses nouvelles feuilles et à fleurir
L’été : la nature est au maximum de son rayonnement, les fruits murissent, les légumes poussent.

2 ) Le repos en deux étapes Continuer la lecture

Chaos, changement et nouvelle vie : une odyssée cosmique !

S’approcher du cœur du vivant conduit à faire une observation qui me parait essentielle, celle du changement. Une évidence, certes, mais qui demande à être précisée. A ce sujet, deux remarques et un enseignement pratique

L’adaptation au changement

Une caractéristique de la vie est de s’adapter en permanence, avec une incroyable inventivité, aux changements. Or si j’applique la technique de l’inversion, une autre vision surgit. La vie « est » changement, et c’est en fonction de quoi qu’elle se manifeste en permanence sous de nouvelles formes. Le changement ne saurait être une donnée avec laquelle la Vie aurait à composer ; ce serait dire que la Vie s’inscrirait dans un contexte plus large au sein duquel elle chercherait à s’épanouir le mieux possible en gérant les contraintes auxquelles elle serait confrontée ! Or la Vie, telle que je l’évoque, est bien cette force première, force créatrice, force divine, force première, elle est le changement. Difficile, et vain à mes yeux, de disserter davantage. Accepter le grand mystère qui échappe à notre compréhension limitée. La seule attitude intelligente est d’accepter cela et d’en tirer des enseignements pour gérer notre quotidien et lui donner du sens.
Continuer la lecture

Nos grand-mères savaient

L’Ecole Buissonnière vous offre des occasions pour vous réapproprier des savoir-faire sur lesquels tisser au quotidien votre nouvelle existence : l’alimentation, le sommeil, la santé, le rôle de l’esprit et celui des remèdes prodigués par la nature, les liens entre les hommes et le cosmos, Le divin enfin puisque c’est toujours à lui qu’on aboutit, pour le nier ou le remercier, dès qu’on fait l’effort de s’interroger au lieu de se comporter en robots téléguidés par de soi-disant maîtres à penser.

C’est en redécouvrant des vérités toutes simples, nées avec nos plus lointains ancêtres et confirmés par des siècles d’expérience, que se trouve la clé du bonheur. La sagesse et le bon sens ne font qu’un.
Continuer la lecture

Retisser les fils de notre connexion à la vie

Mais qu’avons nous donc perdu ? Qu’aurions-nous à retrouver pour notre plus grand bonheur ?

Nos contemporains sont majoritairement coupés de la nature. Aussi la plus petite expérience, même sans jardin, prend tout son sens : cultiver des graines germées dans sa cuisine, des champignons dans son salon, marcher pieds nus…

Coupé de la nature et plus particulièrement de la vie sauvage. Découvrir les trésors qui se cachent derrière une mauvaise herbe ou une fermentation spontanée de légumes ! Approcher ce monde fascinant pour que l’admiration et le respect remplacent peurs et rejets.

Et au-delà de la vie sauvage, réapprivoiser le sauvage en nous, l’enfant spontané et créatif qui peut nous guider dans nos choix de vie. Découvrir qui vous êtes vraiment.
Continuer la lecture

Le Vivant invite à un autre regard sur la diversité

La diversité des plantes et des animaux nous émerveille. Le foisonnement de la folle diversité entre les hommes, leurs cultures, leurs convictions, leurs modes de vie peut faire peur et être ressenti comme un danger. Alors, se conforter dans ses propres références et se protéger du « différent » est une réaction primitive de notre cerveau « reptilien ». Or, il y a là une richesse phénoménale, une invitation du Vivant.

Plusieurs approches pour mieux apprécier cette invitation sont suggérées lors des activités de l’Ecole Buissonnière :

  • relativiser nos propres certitudes,
  • accepter la perspective de remises en cause personnelles,
  • changer de niveau d’appréciation pour voir se compléter des opposés entre lesquels il n’est plus nécessaire de choisir.

Quelques exemples Continuer la lecture

La référence au Vivant pour des comportements « écologiques »

Les stages visent non seulement à transmettre des informations mais surtout à illustrer ce que pourrait être un autre mode de vie respectueux du Vviant. Aussi le sens donné aux moindres détails et le cadre d’une maison d’habitation constituent des atouts essentiels pour les activités proposées par l’Ecole Buissonnière.

Si les comportements « écologiques » se trouvent privilégiés, les options prises vont également permettre au plus grand nombre de personnes d’accéder à ces recettes en ayant pris soin de réduire leur impact financier : matériel et ingrédients

A la clé, le plaisir de faire soi-même et d’augmenter son autonomie

En vrac, voici quelques options illustrant la démarche

Déchets à cuisiner ou autres utilisations. Exemple de peaux de fruits et légumes
Energie réduite pour la plupart des recettes. Séchage, cru, cuissons douces
Donner une place significative aux ressources sauvages
Mise en valeur de la biodiversité végétale
Pas de matériel onéreux
Respect de la vie animale avec orientation végétarienne
Respect des ingrédients en évitant les aliments « ultra-transformés » AUT et les produits « raffinés »
Prise en compte de la diversité culturelle des participants en prenant en compte, dans la mesure du possible, les régimes particuliers pour en faire une occasion d’enrichissement profitant à tous Continuer la lecture