Alimentation vivante

L’alimentation vivante est une approche indépendante de toute école diététique. Elle s’inscrit dans la démarche du fonctionnement durable avec ses trois axes : environnemental, social et économique. La bio en fait partie, elle est approchée essentiellement comme un outil, mais n’est qu’un aspect des choses.
Nous évitons ainsi les polémiques stériles sur les moyens mis en œuvre pour se concentrer sur leur finalité : s’intégrer le  plus harmonieusement dans la chaîne du vivant dans le respect de ses règles.

Alimentation vivante – présentation de la vidéo

Le texte de la vidéo est présenté ci-dessous

Bonjour, je vous propose de vivre une expérience unique, hors du temps. Un rendez-vous avec la Vie, avec vous-même, pour explorer un programme inspirant  présenté dans des ambiances magiques. Une pause ressourçante à vous offrir pour prendre pleinement soin de vous, de vos aspirations, de vos envies de vous nourrir et de vivre autrement…

Je vous présente quelques invités qui se réjouissent déjà de vous rencontrer : graines germées, algues, conserves écologiques, décoration culinaire, cuisine sauvage, produits fermentés, alternatives aux protéines animales, exploration du cru, le tout dans une démarche non sectaire, flexitarienne, respectueuse du parcours et des choix de chacun.

Durant 5 jours, expérimentez des recettes, élargissez vos savoir-faire, et surtout comprenez les mécanismes en jeu, assimilez les principes de base, faites connaissance avec les ingrédients, apprenez de nouvelles méthodes, adoptez de nouveaux gestes, organisez-vous pour optimiser l’équipement de votre cuisine de manière pratique et performante.

Durant 5 jours, au-delà des techniques, approchez un authentique art de vivre. Libérez votre créativité, abordez une nutrition consciente, augmentez votre confiance en vous, retrouvez votre potentiel de curiosité et d’émerveillement, affinez vos cinq sens, émerveillez-vous et remerciez la Vie.

Cette vision particulière de l’alimentation sera enrichissante pour tous, particuliers ou professionnels, débutants ou pratiquants confirmés.

Un dernier mot sur le cadre : une cuisine familiale en synergie avec un jardin sauvage riche en biodiversité, dans une vallée préservée. Tel est l’environnement idéal  pour que surgisse de cette parenthèse un changement profond aux effets durables. Alors, on se voit bientôt ?

Pour aller plus loin

Page web ici

Tous les articles du blog à partir de celui-ci

Pour une alimentation durable

Toutes les campagnes en faveur du développement durable me mettent mal à l’aise car cette expression associe deux notions contradictoires ! Alors, parler de telle ou telle « activité » durable me convient bien mieux. Et pour ce qui concerne au premier plan mes activités, je parlerai « d’alimentation durable ». Voici quelques informations sur ce thème
Il y a lieu de rappeler tout d’abord, les trois notions de base, bien connues, énoncées lors du Sommet de la Terre à Rio en 1992 : économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable.

Pour la FAO, les régimes alimentaires durables sont « des régimes alimentaires ayant de faibles conséquences sur l’environnement, qui contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’à une vie saine pour les générations actuelles et futures. Les régimes alimentaires durables contribuent à protéger et à respecter la biodiversité et les écosystèmes, sont culturellement acceptables, économiquement équitables et accessibles, abordables, nutritionnellement sûrs et sains, et permettent d’optimiser les ressources naturelles et humaines » Continuer la lecture

Une envie de campagne

Le rythme trépidant de la vie quotidienne semble nous éloigner de nos instincts les plus profonds : nous ne tenons plus compte des changements de saison, nous achetons des fruits et légumes d’été en hiver, nous oublions de prendre le temps de célébrer le retour du printemps ou l’abondance des moissons… Le progrès et le confort moderne nous facilitent bien la vie mais, au fond de nous, nous aspirons toujours à une certaine simplicité et regrettons le temps où les aliments ne contenaient ni conservateur ni colorant, où les techniques artisanales se transmettaient de génération en génération et où la Nature était plus proche et plus présente.

Sans vouloir pour autant renoncer au confort et aux machines modernes qui facilitent les corvées, nous éprouvons toutefois une certaine nostalgie pour la vie d’autrefois à la campagne, lorsque l’existence était perçues comme une récompense et non comme un dû. Bien que notre survie ne dépende plus des cycles de la nature, il nous suffirait peut-être de les intégrer de nouveau à notre vie quotidienne pour retrouver une certaine sérénité. Car au fond de nous, nous aspirons toujours à un mode de vie plus proche de nos racines, plus paisible et plus authentique.
Continuer la lecture

La bonne position et le geste juste

Observez comment vous procédez, surtout pour les gestes répétitifs qui vous laissent davantage le temps pour prendre conscience de votre façon de faire et donc de réajuster au besoin.

Prendre en compte le côté fonctionnel. Raisonnez comme si vous deviez faire ce même geste des heures durant : exercice pour optimiser votre position, anticiper les ingrédients et ustensiles nécessaires, les disposer autour de vous de manière opérationnelle, etc. Avoir un geste efficace est un vrai plaisir. Regardez un professionnel, un sportif : ce qui fascine, c’est à la fois la décontraction, la précision et l’efficacité du geste. Alors, à vous de jouer. Cet exercice est véritablement une occasion de mettre de la conscience dans vos activités culinaires (mais c’est transposable à d’autres).

Eplucher des haricots par exemple, les bras pliés sur un plan de travail est certainement plus pénible que confortablement assis avec une bassine sur les genoux, les bras détendus. Peut-être même cela vous fera-t-il penser à une grand’mère qui procédait ainsi et, ce faisant, vous reconnecter à la sagesse de ses gestes quotidiens.

Observer comment vous coupez le pain. Le dos cassé, le pain qui roule sous le couteau, des tranches irrégulières… Et si vous fléchissiez les genoux pour être à la bonne hauteur et bien dans votre axe, et le pain posé bien à plat et stable ? Alors vous pourrez couper des tranches fines et surtout régulières. Si en fin de coupe, vous avez du mal, alors là seulement, faites tourner le pain pour terminer la tranche. Bien sûr, si vous avez une baguette, vous pouvez aussi rompre le pain à la main.

Les tâches répétitives, nous les trouverons aussi lors de fabrication de produits : mise en pot de confitures par exemple. Lors de cueillette également. Un champ de coquelicots : pour cueillir les pétales, faites que vos mains s’organisent à tour de rôle dans un ballet fluide et harmonieux, le regard accompagnant la main jusqu’à une fleur et pendant sa cueillette il va anticiper l’emplacement de la prochaine. Une danse qui pourrait être une nouvelle variante de Taï Chi ! A expérimenter.

Observez aussi votre respiration.

La beauté, le confort et l’efficacité se rejoignent et permettent d’apprécier la qualité de votre geste. Et cela n’a rien à voir avec une question de rendement. C’est une manière d’être en phase avec la logique du vivant, beauté, fluidité et économie de moyens.

 

La place du sauvage dans l’approche du Vivant

Dans la référence au Vivant je souhaite développer un thème important, à savoir la place du sauvage.

Dans notre langage moderne, le « naturel » est aussi compris comme ce qui est « sauvage », ce qui n’est pas civilisé, non culturel. D’ailleurs si on s’intéresse au mot « sauvage », il vient de silva, la forêt, qui se différencie des zones cultivées, c’est-à-dire là où règne la culture. Et le mot culture vient de culturare, le travail de la terre. Et pour fermer la boucle, « forêt » vient de foris, en dehors de, extérieur à la civilisation ! Donc implicitement la nature s’oppose pour nous à la culture. Sabine Rabourdin

La nature est le symbole du sauvage, de l’instinct, de ce qui n’est pas encore domestiqué par la culture. Continuer la lecture

Changer le monde depuis sa cuisine

Changer le monde ! Bel objectif… Et pour y participer, rien de plus efficace que de s’associer aux forces de vie et ne rien tenter avec nos seuls moyens !
Et une des plus belles associations prend forme au niveau de la préparation de notre alimentation

Témoins de l’importance de ce choix, ces propos d’A. et D. Meurois-Givaudan

« …Sachez manger le suc éternel de tous les aliments de la terre. L’art primordial de l’Homme vrai est d’apprivoiser la nourriture, de la faire vibrer au rythme de son corps… Vos pensées sont la seule force qui empoisonne ou purifie votre nourriture… L’homme est le milieu des échanges, le champ de transmutation des forces ».

D’où vient cette importance attribuée à l’alimentation ?

Manger deux à trois fois par jour, autant d’occasions de prendre conscience d’un processus alchimique à l’oeuvre permettant d’offrir de la vie, de l’amour. Une occasion de mieux se connaître. Une occasion d’amplifier la profondeur de cette activité en y associant musique et chants, à ponctuer de moments de remerciements (quelques secondes, invisibles aux yeux des autres, selon le contexte, suffisent)
Le repas, de sa préparation à sa consommation, est un acte sacré
Ici l’attention que l’on porte à ces moments ponctués de rituels à imaginer par chacun, permet de se placer au coeur du miracle de la vie. Quoi de plus sacré ? Et vivre ce sacré comporte une double fonction. Continuer la lecture

La façon de manger et de boire

« Parle-nous de la façon de Manger et de Boire »

Et il dit:
Puissiez-vous vivre des senteurs de la terre et, comme une plante, subsister de lumière. Mais comme vous devez tuer pour manger, et voler le lait de sa mère au nouveau-né pour étancher votre soif, alors que cela devienne un acte de vénération,
Et que votre table se transforme en un autel sur lequel la pureté et l’innocence de la forêt et de la plaine seront sacrifiées pour ce qu’il y a de plus pur et de plus innocent en l’homme.

Quand vous tuez un animal, dites-lui en votre cœur:
« Par le même pouvoir qui te donne la mort, moi aussi je meurs; et moi aussi je serai absorbé.
Car la loi qui t’as remis entre mes mains me remettra en une main plus puissante.
Ton sang et mon sang ne sont rien d’autre que la sève qui nourrit l’arbre du ciel. »

Et lorsque vous croquez une pomme à pleine dents, dites-lui en votre cœur:
« Ton énergie vivra dans mon corps
Et les bourgeons de ton lendemain fleuriront en moi.
Et ton parfum deviendra mon souffle.
Et ensemble nous vivrons l’enchantement de toutes les saisons. »

Et à l’automne, quand vous vendangez le raisin de vos vignes pour le pressoir, dites en votre cœur:
« Moi aussi je suis une vigne et mon grain sera cueilli par le pressoir,
Et comme le vin nouveau je serai versé dans les sempiternels flacons. »

Et en hiver, quand on soutire le vin, qu’il y ait en vous un chant pour chaque verre;
Et que dans ce chant il y ait une pensée, et pour les jours d’automne, et pour la vigne, et pour le pressoir.

Khalil Gibran. Le Prophète.

Ingrédients pour une alimentation vivante

 ……….. graines germées de betterave rouge Blé en herbe en début de croissance

Je me plais à me référer à cette dénomination qui me permet de privilégier toutes les approches qui me paraissent pertinentes ce qui me met à l’abri de toutes suspicions de sectarisme, évite les polémiques sur telle ou telle démarche tout en respectant les choix, les orientations de chacun qui pourront trouver des sources d’inspiration. La grande variété des préparations doit ainsi permettre à chacun d’avoir du plaisir dans le respect de ses préférences. Et s’il faut mettre une étiquette pour satisfaire les personnes en recherche de repères, sachez que je suis « flexitarien », terme qui se suffit à lui-même sans besoin d’autres commentaires, je crois !

 Feuilles en lacto-fermenbtation

Continuer la lecture