L’alimentation vivante… autrement !

Causerie partagée moitié cuisine pour le corps, moitié cuisine pour l’imaginaire
Résumé
Vous présenter les aliments vivants. Mais aussi comment nourrir l’imaginaire. Cuisiner la poésie, le rêve et les nuages avec un brin de mystère et des éclats de beauté. Un repas de fête au quotidien !

Introduction
Les herbes peuvent changer votre cuisine. Des mauvaises herbes peuvent la diriger vers des territoires douteux. Les herbes sauvages peuvent la conduire à la fronde. Prenez garde, toutes ces herbes conspirent pour vous encourager à réaliser des plats de « résistance » !
Alors si les herbes ont le pouvoir, en les laissant faire, de changer votre cuisine, laissez faire la Vie pour qu’à travers votre cuisine, à son tour, elle puisse changer votre vie ! Les ingrédients classiques de l’alimentation vivante
Bien sûr durant la moitié de la causerie, nous verrons les bienfaits des graines germées, des plantes sauvages, des fermentations, des conserves naturelles, des vertus du cru… Et il y a des ateliers pour approfondir.

Connivence essentielle avec la Vie
Mais je ferai une place à d’autres ingrédients essentiels, injustement négligés, car ce sont eux qui donnent ce charme inimitable aux plats pour lesquels il ne suffit pas de suivre consciencieusement une recette ! Ils peuvent sembler mystérieux, ce qui demande que je vous les présente ici un peu plus longuement… pour vous mettre l’eau à la bouche
Commencez par oser cuisiner avec amour, c’est-à-dire en y mettant le souffle de votre propre esprit, comme le dirait Khalil Gibran.
C’est aussi faire des confitures avec des rêves : l’astuce est de penser y ajouter quelques fruits et un peu de sucre.
Pour cuisiner les nuages, à la mode japonaise, je vous donnerai quelques recettes de Ryoko… dont celle du jus de coco-nimbus.
Laissez un peu de magie opérer, jouez sur l’alliance entre force et douceurs, invitez la palette des couleurs de l’arc en ciel, osez d’imprévisibles saveurs nouvelles, restituez des parfums oubliés revivifiant des souvenirs d’enfance, préservez un brin de mystère pour que votre cuisine alchimique devienne bien plus qu’une simple façon de se nourrir.
Alors, ce n’est plus vous qui décidez de cuisiner, comme un « chef », mais vous allez le faire avec la modestie d’un apprenti à l’écoute de ses herbes, de ses légumes et des chuchotements du temps !
Observez un poivron comme le fait Marie-Sophie. Le poivron est comme un piment géant qui aurait maitrisé sa force en grandissant. Il n’a pas l’agressivité des petits piments teigneux qui peuvent enflammer vos papilles jusqu’à vous en faire perdre l’usage pendant quelques temps douloureux. Le poivron, quand il est rouge et mûr (évitons les poivrons verts immatures) est pétillant de fraicheur tout en étant intimement chaleureux. Ce contraste généreux en fait un légume particulièrement apprécié en cuisine vivante.
Ou laissez parler les courgettes qui adorent se laisser détailler en bandes le plus large possible, dans la longueur, par une mandoline. Elles aiment se laisser légèrement saler avant de dégorger et de s’assouplir ou s’étaler sur une feuille Téflex avant de se reposer sous la douce chaleur du déshydrateur pour perdre un peu d’eau ainsi que de leur croquant… tout en restant al dante.

Le partage autour d’une table
Puis après avoir cuisiné vient le moment de partager autour d’une table. Avec bienveillance et gratitude, bien sûr mais peut-être encore avec bien plus, avec cette communion intime qui nous relie à toutes les forces de vie s’offrant joyeusement à nous. Voilà qui peut mettre en perspective l’acte de manger avec le plus grand mystère de l’Univers auquel Khalil Gibran nous invite de participer en conscience. En voici une illustration. Lorsque vous croquez une pomme à pleine dents, dites-lui en votre cœur : « Ton énergie vivra dans mon corps, et les bourgeons de ton lendemain fleuriront en moi, et ton parfum deviendra mon souffle, et ensemble nous vivrons l’enchantement de toutes les saisons »

Un véritable repas de fête
Vous avez désormais quelques suggestions vous permettant de faire de véritables repas de fête. Pour les grands rendez-vous de la Vie au rythme des saisons. Dans toutes les traditions les fêtes sont en relation avec les cycles de la vie : naissance du principe divin dans l’humain avec Noël, naissance d’une nouvelle année selon les calendriers, victoire de la vie sur la mort avec Pâques, apothéose du soleil à la St Jean, etc. Les fêtes porteuses de sens ponctuent ces moments symboliques. Alors, si vous faisiez une cuisine de fête… tous les jours, car chaque jour est un miracle renouvelé, un commencement à célébrer !

Présentation
Après une carrière d’expert-comptable, Gérard Verret s’est engagé depuis une trentaine d’années dans l’exploration de multiples démarches alternatives. Il partage les leçons de vie qu’il a pu en tirer : outils, documentations, réflexions, stages en lien avec le contexte actuel de la transition. Son éclairage « transversal » permet à un large public de disposer de moyens pratiques et simples pour surmonter la morosité ambiante et enchanter sa vie quotidienne. Un engagement original pluridisciplinaire peut aussi accompagner l’émergence de projets, leur consolidation et leur viabilité.
Accès à son site ici