Pour une alimentation durable

Toutes les campagnes en faveur du développement durable me mettent mal à l’aise car cette expression associe deux notions contradictoires ! Alors, parler de telle ou telle « activité » durable me convient bien mieux. Et pour ce qui concerne au premier plan mes activités, je parlerai « d’alimentation durable ». Voici quelques informations sur ce thème
Il y a lieu de rappeler tout d’abord, les trois notions de base, bien connues, énoncées lors du Sommet de la Terre à Rio en 1992 : économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable.

Pour la FAO, les régimes alimentaires durables sont « des régimes alimentaires ayant de faibles conséquences sur l’environnement, qui contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’à une vie saine pour les générations actuelles et futures. Les régimes alimentaires durables contribuent à protéger et à respecter la biodiversité et les écosystèmes, sont culturellement acceptables, économiquement équitables et accessibles, abordables, nutritionnellement sûrs et sains, et permettent d’optimiser les ressources naturelles et humaines »

Pour nous accompagner dans une démarche responsable il sera utile de prendre également en compte les paramètres suivants

  • Santé et bien-être, évident, mais c’est mieux de le mentionner
  • Technologique, avec le moins d’énergie possible et le respect des aliments (à l’opposé de ceux qualifiés « d’ultra-transformés)
  • Culturel afin d’éviter l’uniformisation et en respectant les traditions culinaires, voire les interdits religieux
  • Animaux en veillant à leur bien-être et à leur biodiversité

Et comme le suggère Dr Anthony Fardet, en y ajoutant le « Bien-être animal »

A partir d’un tel énoncé des principes fondateurs, les modalités de mise en pratique sont multiples et apportent chacune un éclairage complémentaire. A titre d’exemple
Ministère de la Transition écologique et solidaire en France. La stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable 2015-2020

  • avec l’énoncé de 9 axes
  • avec la définition de 17 objectifs ODD

Mise en pratique en Belgique

  • Avec 12 axes prioritaires

Voilà autant d’objectifs qui trouvent naturellement leur place dans les divers stages et rencontres. Mais que ce soit dans ce contexte ou dans celui de la vie quotidienne de chacun, l’application « parfaite » de ces objectifs n’est pas toujours possible : alors la ligne de conduite est de faire les arbitrages en conscience entre un certain idéal et les contraintes matérielles avec lesquelles nous pouvons être amenés à composer.