Maurice Chaudière et le goût du sauvage

……………………………………………………………….

Maurice Chaudière né en 1928 à Staoueli, Algérie, est à la fois sculpteur, philosophe, poète, écrivain… mais il est aussi jardinier et arboriculteur, et pratique depuis longtemps l’art de la greffe. Cet amoureux de la vie et des abeilles est l’auteur des ouvrages suivants : De greffes en greffes, La forêt fruitière, D’argile et d’abeilles, Confitures solaires, Apiculture alternative, Le goût du sauvage, Les arbres dont je suis fait…

Passionné des abeilles, il est apprécié des apiculteurs par son approche de leur mode de vie.
La ruche Hélianthe est le fruit de l’inventivité, couplée à l’observation de la nature. Il s’agit d’une ruche à usage domestique, qui ne nécessite aucun matériel pour son utilisation. Le traitement du miel qui suit n’altère en rien ses qualités.

Grand humaniste et chercheur de nouvelles solutions à la portée de tous, Maurice Chaudière nous partage son rêve d’une société où le travail est un jeu, l’argile une école et le miel un principe. La lecture de ses ouvrages permet de nous enrichir et de saisir un peu le personnage car son état de santé (2018) ne lui permet que de rares sorties.

Ce qui a toujours poussé cet homme à créer est simple : faire tout, à partir de rien. Juste de la terre, de l’eau et du soleil. Ce pourrait être le fil d’Ariane à tenir précieusement pour s’aventurer sur les innombrables chemins que Maurice Chaudière a tracés dans son existence. Fin connaisseur des plantes, amoureux des bêtes, et surtout du sauvage, il n’a jamais cessé d’observer la vie autour de lui et de s’en inspirer. De ses années passées à enseigner l’histoire de l’art, il a gardé un don inimitable pour raconter, décrire, rêver tout haut et donner corps à ses rêves.

J’avais la soixantaine quand j’ai suivi assidument ses stages en Ardèche : une révélation, une immense admiration alors qu’il avait 72 ans. Un encouragement pour me projeter 10 ans en avant en espérant, à son âge, continuer de partager à mon tour, avec obstination, comme il le faisait. J’en ai 78 et je pense toujours à cet engagement que j’avais pris à l’époque. Cette ouverture vers l’avenir continue de m’inspirer et nos échanges épisodiques se poursuivent avec beaucoup de connivence.