Quand trouver sa voie demande d’assumer le risque d’être vivant !

………………………………………………..

Je suis en train d’écrire un article pour identifier ce qu’est le vivant et ce qui est vivant… je sais, cela n’aura pas de réponse absolue ! Mais cela me conduit à préciser l’impact de cette référence au vivant sur nos choix de vie !

La différence entre le minéral et une cellule qui se développe, délimitée par une membrane qui la définit et qui lui permet à la fois de se protéger et de réguler les échanges avec l’extérieur… semble claire. En poursuivant mes réflexions j’en arrive à un autre éclairage qui va au-delà de la biologie pour tenter d’approcher la source commune à la pierre, à la plante et à l’animal. Le lien avec cette source commune, appelons-là  » l’Elan vital  » pour reprendre la formulation de Bergson, apparait comme automatique pour les trois règnes, seul l’homme semblant avoir cette liberté de s’en éloigner ! Ainsi une pierre pourrait être davantage vivante -par essence- qu’un homme ayant perdu -par distraction- cette connexion, le rendant de ce fait moins vivant que la pierre !

Alors, à chacun de se poser la question : suis-je vraiment vivant ? Ou serais-je en situation de simple « survie » ? Boulot, dodo, famille…

Il faut bien reconnaître que la vie est dangereuse avec ses imprévus et que cela conduit à nous sécuriser, à planifier, à contrôler… Alors que la vie vivante est l’aventure vers l’inconnu ! Mais c’est à ce prix que tous les possibles s’offrent à nous. Voilà bien ce qui nous attire et nous terrorise à la fois. Alors regarder le film d’un explorateur confortablement assis dans son fauteuil devient une manière de vivre sans risque, mais par procuration ; alors est-ce encore « vivre » ?

C’est animé de telles considérations que je vous propose de vous accompagner durant une semaine pour oser vivre, pour oser prendre des risques, après avoir compris que le plus gros risque est de n’en prendre aucun. Mais pas une folle aventure sur un coup de tête. Non, une telle démarche de changement, jalonnée d’obstacles, de pièges, d’impasses, mérite qu’on ne s’y engage pas seul… Choisir cet indispensable accompagnement, en évitant les personnes, souvent proches, pouvant nous dissuader, sans rien proposer d’autre que l’immobilisme d’un statu quo : vous connaissez la ritournelle qu’il vous arrive même parfois de fredonner tout seul : ce n’est pas raisonnable, ce n’est pas le bon moment pour cela, tu n’as plus l’âge, pas les moyens, etc.

…………………………………………………

Je vous propose un cheminement bien balisé, en trois étapes

  • Apprendre à mieux vous positionner au regard de votre histoire, de votre environnement, de la démarche même de changement…
  • Débusquer vos trésors qui méritent d’être cultivés : vos rêves, vos dons, vos talents
  • Construire ensuite de manière très concrète votre projet de vie, que ce soit professionnel ou personnel, en fait les deux sont intimement liés

Alors, il vous reste à choisir entre

  • Rester conditionné par les peurs, les doutes, les fausses certitudes d’impuissance, d’incapacité : cela correspond à une forme d’esclavage, confortable dans l’immédiat pour manger et avoir un toit, mais qui vous conduit insidieusement à gonfler la population des frustrés, des peureux, des révoltés !
  • Ou sortir de votre zone de confort pour commencer à imaginer un nouveau chemin de liberté, de joie, d’accomplissement personnel. Il y a un enchaînement vertueux quand on commence à dévoiler notre singularité, à s’aventurer hors des sentiers battus, car vous donnez ainsi le signal qu’attendait l’univers pour vous guider sur votre chemin vers le bonheur ! La vie est vraiment magique.

Pour vous rassurer, ce que je vous propose n’est qu’un travail d’une semaine au terme duquel vous restez totalement libre de continuer sur ce chemin ou de préférer ne rien changer… pour l’instant… comme diraient certains. Vous pourrez au moins dire que vous avez exploré cette option de vie.

Je parle de votre bonheur, mais l’enjeu est bien plus large ! Vous êtes une femme : alors sachez que votre choix vous permettra, ou non, de rejoindre les milliers d’autres qui vous ouvrent la voie en s’engageant dans une autre façon de vivre pour créer un nouveau monde. Vous êtes un homme : vous allez approcher une vision plus juste de votre place dans la vie pour participer à un monde rééquilibré, chacun participant à une alliance féconde entre son masculin et son féminin.

Et votre bonheur n’a rien d’égoïste, bien au contraire, car il servira d’inspiration subtile à tous ceux que vous côtoyez, cherchant une issue à leur malaise.
Alors, vous avez tout à gagner à faire une telle expérience pour transformer votre vie et même, de manière pernicieuse, à vous donner bonne conscience de ne rien faire car vous aurez essayé. Mais là, nous sommes dans la stratégie du « sabotage » qu’adore l’égo  souhaitant ne pas perdre les commandes !