Photo méditative

Ne plus « prendre » des photos mais se laisse prendre, surprendre par la beauté inattendue d’un détail, d’une ambiance, d’un éclairage qui s’impose à nous quand nous laissons la vie guider notre regard et ouvrir notre cœur : telle est la démarche de cette forme de méditation.

Fleurs esquissées en quelques mots

Fleurs esquissées en quelques mots

P1050124

En cueillant ses pétales,
vous ne saisissez pas
la beauté de la fleur.
Rabindranàth Tagore

Sois comme la fleur,
épanouis-toi librement
et laisse les abeilles
dévaliser ton cœur !
Ramakrishna

Les fleurs du printemps
sont les rêves de l’hiver
racontés, le matin,
à la table des anges.
Khalil Gibran

P1050446

En croyant à des fleurs,
souvent on les fait naître
Edmond Rostang

… un grain de poussière
ne souille pas une fleur.
Rabindranath Tagore

Voici des fruits, des fleurs,
des feuilles et des branches
et puis voici mon coeur,
qui ne bat que pour vous.
Paul Verlaine

Le sourire est à la beauté
ce que les fleurs
sont au printemps
Yves Duteil

P1050052

Dans un grain de sable
voir un monde-
Et dans chaque fleur des champs
le Paradis,-
Faire tenir l’infini
dans la paume de la main-
Et l’Eternité dans une heure.
William Blake

Donne au vent un bouquet
cueilli sur ton visage en fleurs,-
Et je respirerai l’odeur
des sentiers que tu foules.
Chams al-Din Muhammad Hafiz

DSC_0037

 Les papillons
ne sont que des fleurs
envolées un jour de fête
où la nature était en veine d’invention et de fécondité.
George Sand

J’ai perdu ma goutte de rosée ! disait en pleurant la fleur
au ciel matinal
qui avait perdu
toutes ses étoiles.
Rabindranath Tagore

DSC_0040

 Une fleur tombée.-
A sa branche je la vois revenir
C’est un papillon!”
Arakida Moritaké 

DSC_0038

En somme la beauté est partout.
Ce n’est pas elle qui manque
à nos yeux,
ce sont nos yeux
qui manquent à l’apercevoir.
Inconnu

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx P1050448

 

Mélancolie après stage

Mélancolie après stage

P1050153

Après une semaine intensive consacrée à l’alimentation vivante, la maison parait bien vide. Restait quelques fleurs non utilisées ou simples pétales : ne rien jeter, faire émerger l’émerveillement caché dans ces « restes », aller au-delà des diktats de la beauté… et laisser l’appareil photo s’imprégner de ce dernier témoin d’une semaine riche en découvertes et en créativité. C’était du 18 au 22 avril 2016.

 xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx P1050149

xx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx P1050148

Petit matin

P1030193

Au petit matin, un rayon de soleil entre dans ma chambre… Un ficus chaudement éclairé, et son ombre qui m’interpelle sur le mur. Vite je prends la photo, bien qu’il n’y ait rien à « prendre ». Il est souvent intéressant de ne pas trop réfléchir, mais de se fier à la fraicheur de la première impression en respectant ce sentiment de nécessité pour imprimer la trace de quelques photons, de quelques flocons de lumière, sur la pellicule (même si elle est devenue numérique, la notion de « trace » garde tout son sens.)

Ensuite, prendre le temps (mais peut-on vraiment le « prendre » ?) pour s’observer en train de photographier et voir que l’intérêt ne réside pas vraiment dans ce ficus, mais bien dans ce jeu d’ombre et de lumière. Alors, voici, de manière plus épurée, et équilibrée, ce que cela donne, en osant laisser un grand espace vide au centre. Celui-ci témoigne à la fois du lien entre les deux parties et marque en même temps la distance qui les sépare du fait de leur nature différente :

P1030191

En continuant la méditation face à ce spectacle, j’ai eu envie de devenir le mur recevant la lumière et découvrir en quelque sorte l’autre côté du miroir ! Et voilà le résultat !

P1030196

Que de symboles qui s’expriment à travers cette observation. Cette ombre témoigne en fait de l’incursion prématurée du soleil sous forme d’un reflet sur la vitre de la fenêtre largement ouverte, perpendiculaire à l’Est ! Il ne viendra en direct que bien plus tard.

Ouvrez bien grandes vos fenêtres, et laissez la vie vous surprendre.

Belle journée enchantée !