Anthologie déserts 1

Anthologie déserts 1

Parler du désert, ne serait-ce pas, d’abord, se taire, comme lui, et lui rendre hommage non de nos vains bavardages mais de notre silence ? Théodore Monod

Le désert est le jardin d’Allah, duquel le Dieu des justes a enlevé toute vie humaine ou animale superflue afin de pouvoir disposer d’un espace où il puisse cheminer en paix. Dicton arabe

DSC_0134bis DSC_0124bis

Densité particulière de silence. Présence aiguë de la matière minérale. Couleurs ténues de la pierre, du sable. Solitude et vide abrasifs. Mode de vie que le lieu, dans son excès, réduit à l’essentiel. Rareté et nécessité conjuguées. Edwige Lambert

J’ai découvert la vie sans nostalgie, l’allégresse de l’unité du corps et de l’esprit avec l’espace, le désir poignant de la fusion aux éléments par le biais de l’épuisement, la tentation de la nuit ou de l’aurore de marcher sans fin et de se fondre entre ciel et terre. On doit pouvoir disparaître ainsi. Roselyne Chenu

DSC_0258 DSC_0288

L’expérience du désert a été, pour moi, dominante. Entre ciel et sable, entre le Tout et le Rien, la question est brûlante. Elle brûle et ne se consume pas. Elle brûle pour elle-même, dans le vide.
Edmond Jabès

Le désert est le pays de l’absolu et de l’absolu détachement. Il est aussi le pays de l’absolue vérité. François Beslay

Quand on a connu le désert, on lui reste à jamais redevable d’une épreuve bénéfique, celle qui vous enjoint d’oublier. Le silence du désert vous dépouille. Par là, vous devenez vous-même. C’est-à-dire rien. Mais un rien qui écoute. Edmond Jabès

XXXXXXXXXXXXXXXX DSC_0109

A vivre dans le désert, on apprend à recevoir du même coeur le dénuement et la profusion. L’éternité du monde est fugitive, la fleur d’un seul jour justifie à certains instants toute l’histoire des hommes. Albert Camus