Les caractéristiques de la gastronomie sauvage

xxxxxxxxxxxxx P1020873 P1020872 P1020871

Qu’est-ce qui caractérise au juste la gastronomie sauvage ?
L’utilisation de plantes sauvages, certes, mais il y a bien d’autres ingrédients à prendre en compte pour faire d’une approche culinaire un « art de vivre nature »

Un point de départ incontournable
La motivation pour inviter de cette manière les plantes à votre table. Bien prendre conscience des attraits et des réticences face aux plantes sauvages.
Qu’évoque le terme de cuisine sauvage ?
Utilisation de plantes sauvages, bien sûr, mais encore ?
xxxx* Simplicité pas incompatible avec raffinement
xxxx* Sobriété de moyens, en particulier au niveau de la cuisson
xxxx* Frugalité, de rien perdre, utiliser les restes
xxxx* Autonomie,
xxxx* Relation forte avec la nature
Cette référence à la sobriété des moyens évoque la tendance « raw food », cuisine à orientation végétarienne, brute et nature.
La nature des ingrédients
Les plantes sauvages, mais aussi les fleurs comestibles, même celles qui sont cultivées.
Une initiation progressive
Au regard des plantes utilisées
xxxx* Vous pouvez commencer par une seule plante dont l’identification ne pose pas de problème et la décliner de multiples manières. Exemple des orties à utiliser de l’apéritif jusqu’au dessert. Cette expérience à partir d’une seule plante va pouvoir ensuite être transposée à d’autres plantes que l’on découvrira ultérieurement.
xxxx* Diversifier les ingrédients au fur et à mesure de la connaissance de nouvelles plantes.
Au regard de la place donnée aux plantes dans les préparations
xxxx* Petites touches, aromatiques ou décoratives, dans une préparation,
L’utilisation des plantes
Utilisation directe des plantes, fraiches ou conservées
Utilisation indirecte. Macérations – infusions – décoctions
Les autres éléments constitutifs de la gastronomie sauvage
En dehors des plantes sauvages et des fleurs, notons la place naturelle à faire aux ingrédients qui suivent :
xxxx* Recettes anciennes à explorer et ancrage dans les traditions
xxxx* Modes de cuisson inspirés de pratiques anciennes
xxxx* La décoration, les accessoires et les ambiances
xxxx* Cohérence au niveau du jardin
Les divers modes de cuisson spécifiques à une cuisine sauvage
xxxx* Cuisson en pâte à sel,
xxxx* Papillotes, cuisson solaire et bien d’autres…
La décoration, les accessoires et les ambiances
Objectifs
xxxx* Poésie, décoration et ambiances nature
xxxx* Eveiller nos sens à la nature
xxxx* Cultiver notre capacité à l’émerveillement
Les moyens sont multiples, dans l’assiette et dans la maison
Une démarche, un style de vie
En conclusion, bien plus qu’une technique de cuisine ou un régime alimentaire, c’est bien un style de vie qui est en jeu.
xxxx* Pas seulement une occasion de proposer des nouveautés, ce qui peut être la motivation de départ, mais la cuisine sauvage s’inscrira avec profit dans une démarche globale.
xxxx* Associer gastronomie, diététique, authenticité, nature et traditions
xxxx* Emerveiller, surprendre, jouer, pour faire connaître, donner du sens, transmettre…
xxxx* Répondre au besoin de nombreuses personnes souhaitant trouver des occasions d’adoucir le mode de vie dominant en Occident : prendre son temps, élargir la gamme de produits disponibles et la variété des saveurs, s’émerveiller des choses simples…
xxxx* Cette démarche s’insère parfaitement dans une conscience écologique en action.

Cette approche de la nourriture pourra être le moyen par excellence pour s’insérer, en conscience, dans cette mystérieuse chaîne du vivant.