La Participation Consciente

Définition et enjeux

La Participation Consciente propose de reconsidérer notre rapport à l’argent et notre façon d’échanger nos richesses. Elle invite au Don Mutuel : je reçois, je donne. Cette forme de rémunération nécessite de la conscience autant pour être proposée que pratiquée. Elle offre potentiellement un chemin de transformation individuelle et collective. Elle valorise la richesse de l’animation pendant la session et de façon plus générale, l’ensemble du travail réalisé par les intervenants afin que l’événement puisse exister et atteindre le niveau de qualité qu’il propose. Continuer la lecture

Transition – Je ne veux pas en entendre parler !

La position de certains

Encore un truc à la mode : des discours divergents, anxiogènes et je me demande bien qui tire profit de la diffusion de telles informations !
J’ai assez de mal avec mes fins de mois ; alors ne me parlez pas de fin du monde ! De toute façon, ce n’est pas moi qui vais trouver des solutions Continuer la lecture

Transition – En quoi me concerne-t-elle ?

Pour tenter de vous répondre le mieux possible, une distinction est à faire

1. Vous avez une activité associative ou professionnelle indépendante
Vous êtes donc au cœur de l’action, vous êtes une personne pragmatique et quels que soient vos centres d’intérêt, que vous soyez personnellement sensible ou non aux questions « écologiques », il est de bonne gestion de compléter, si vous ne l’avez pas déjà fait, votre culture générale en y incluant une bonne connaissance des enjeux actuels, des aspirations prioritaires, des nouveaux modes de penser, d’agir, de communiquer. Ce sont là les nouveaux pré-requis, débouchant sur de nouveaux comportements dont vous pourrez tirer profit.
En outre, la transition est un sujet qui ne manque pas d’être abordé par vos différents interlocuteurs : votre image de personne responsable en dépend dans la mesure où vous ne vous contentez pas de relayer les rumeurs et infos qui circulent en boucle sur le net ; vous devenez capables d’exprimer une opinion personnelle.
Les formations, en effet, ne vous conduisent pas à adopter une ligne de conduite traduisant une vérité absolue, mais bien au contraire, à mettre à votre disposition les multiples éclairages sur un sujet complexe et multiforme qui permettent à chacun d’adopter la position qui correspond à sa sensibilité, à son histoire et au contexte dans lequel il évolue, en connaissance de cause, de manière lucide et critique. Continuer la lecture

Transition écologique et Jardin Gourmand

Francis Sigrist 15 octobre 2019 publié ici Actualités

La transition écologique est une évolution de notre société vers un nouveau modèle économique et social, un modèle de développement durable qui repense entièrement notre façon de consommer, de produire, de travailler, de vivre ensemble pour répondre aux grands enjeux qui feront que notre espèce et bien d’autres puisse continuer de vivre sur la planète.
Car on est là, il s’agit de Vie ou de mort, ce qui amène ces comportements parfois violents et irrationnels dans les deux sens, la transition écologique: on s’implique à fond ou on s’en fiche à fond.
Depuis bientôt cinquante ans, j’entends les signaux d’alerte et c’est seulement maintenant que le débat est vraiment devenu public, même au niveau des municipalités. Continuer la lecture

Changement ? Pas envie de céder à cette nouvelle paranoïa

Une réaction de méfiance est signe de bonne santé intellectuelle car dans une ambiance d’apocalypse annoncée, il y a foison de nouveaux gourous qui proposent des méthodes miraculeuses pour accéder rapidement au bonheur et sauver la planète. Terrain piégé exige discernement.

Pour notre part, l’objectif de nos activités est de permettre l’accès à une vision globale la plus objective possible sur les changements affectant notre monde. Des changements essentiels allant bien au-delà de l’écologie largement médiatisé. Une évolution en profondeur s’amorce, en effet, dans tous les domaines,  trop souvent méconnus du grand public ou déformés.

Continuer la lecture

Demandez et vous recevrez

Constat
Les personnes ayant une approche écologique souvent jumelée à une quête de sens font parfois référence à des notions subtiles pour mettre en place un avenir conforme à leur vision de la vie. Pensée positive, force d’attraction, intervention des archanges, etc. Il y a là de réelles possibilités, je pense, mais probablement autant de pièges et d’illusions. Comment mieux y voir clair ?

Continuer la lecture

République en Tête[s]

En écho aux attentats qui ont frappé Paris en 2015, République en Tête[s] est un événement annuel qui a pour but de permettre à chacun, avec sa propre sensibilité, de revenir sur tous les enjeux que nous questionnons depuis lors : la liberté, les différences, la tolérance, le rôle des médias…. Continuer la lecture

Désherber ou ensauvager sa vie ?

Gérard et ses petites herbes… vous connaissez ? Ah oui (petit sourire), la bonne adresse pour manger des orties !
Ne vous y méprenez pas ! Et si la petite herbe folle était messagère de secrets ? L’essentiel se manifeste souvent aux hommes de manière insignifiante, à croire qu’il souhaite se révéler en priorité, dans toute sa splendeur, aux cœurs simples.
Mais alors quel serait ce secret si jalousement gardé ? Cette petite herbe nous inviterait-elle à prendre conscience qu’en mangeant une soupe d’orties, nous communions avec ces forces de vie qui rythment les flots de sève sous les écorces, la course des étoiles, les pulsations de notre cœur ? La vie d’une herbe qui se donne pour entretenir, un temps donné, la nôtre.
Percevoir que derrière le pain qui accompagne cette soupe d’orties il y a conjonction de farine, d’air, d’eau, de sel, de feu et d’amour. Voilà encore une occasion de se connecter aux divers éléments de la nature. Chaque geste du quotidien peut s’éclairer de la même manière et participer au réenchantement de notre vie.
Nous voilà bien plongés au cœur du mystère du vivant. Inutile de chercher des explications ou de se rebeller. Accepter ce qui est, l’urgence étant de le vivre pleinement en conscience : émerveillement, respect, gratitude.
L’ortie nous a donné tout ce que sa nature d’ortie lui permettait de nous donner. Et nous, qu’avons-nous à donner à la vie pour que cette chaîne se poursuive harmonieusement ? Petits gestes au service d’une grande aventure.
Il ne peut y avoir de réponses toutes faites. Pour ma part, je me contente de partager cette question en la reformulant implicitement à travers de multiples activités, autant d’occasions d’ouvrir des fenêtres pour laisser ensuite le vent, s’il le souhaite, profiter de l’ouverture, souffler à sa guise… et apporter l’inspiration à certains.
L’objectif premier n’est pas de changer le monde mais de profiter de cet éclairage pour estomper la morosité ambiante en renouant avec notre âme d’enfant qui s’émerveille de la vie. Retrouver la joie, celle dont parle si bien Daniel Pons :

La joie, c’est Dieu en vous
Qui se lève
Qui s’ébroue
Et qui commence à sourire.

A partir de chaque action du quotidien, redonner sa place à la poésie, poser des gestes d’autonomie, retrouver des savoir-faire oubliés, retisser les fils d’une transmission brisée, se reconnecter à nos racines et apprendre à composer à nouveau avec les fées !
Voilà de quoi colorer le quotidien des uns, infléchir les activités professionnelles des autres, nourrir la nostalgie de chacun pour une vie meilleure. Une invitation à partager cette dynamique, ponctuellement ou de manière plus engagée. Alors, si cela vous parle, vous pouvez agir concrètement et rejoindre au plus vite ceux qui se passionnent pour ce qui m’anime. Les tâches ne manquent pas et les projets sont multiples. Et, en prime, tout en vous apprenant la langue des oiseaux, nous partagerons peut-être un soir, avec reconnaissance, une soupe d’orties ! Met sage d’herbes folles…

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Pour une nouvelle alliance avec le Vivant

Dans la Bible nous trouvons 8 alliances dont on retient en général les deux principales, celle de l’Ancien Testament avec Moïse comme intermédiaire et celle du Nouveau Testament.
L’ancienne Alliance supposait le respect des « paroles de l’Éternel et de toutes les lois »
La nouvelle alliance, déjà annoncée dans l’Ancien Testament, suppose un changement fondamental. Dieu parle ainsi : « je mettrai mes lois dans leur esprit, je les écrirai dans leur cœur ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. » Voilà une approche privilégiant ce qui vient du fond du cœur en relativisant les lois et prescriptions formelles aliénantes. Cette perspective se trouve bien relatée dans les enseignements du Christ, même si elle n’a pas vraiment été totalement incarnée par les institutions chrétiennes.
Les Juifs ne reconnaissent pas le Messie dans l’arrivée du Christ, ils restent dans l’attente de cette nouvelle Alliance.
Il serait possible pour les Chrétiens de considérer cette nouvelle Alliance comme inachevée et pouvant prendre pleinement tout son sens avec l’émergence d’une nouvelle spiritualité s’adressant au monde entier en réconciliant les hommes, athées ou non, au-delà du clivage des diverses religions.
Relisons les paroles de la Samaritaine. « Nos pères ont adoré sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. » Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. L’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. ». A mettre en pratique dans la liberté et le secret de notre cœur.
Au fait, qu’est-ce qu’une alliance ? C’est une proposition faite par Dieu en vue de régler ses relations avec les créatures. Le moment historique ne serait-il pas venu pour mettre en place ce qui n’a pas vraiment marché jusqu’à présent ? Et en remplaçant le mot piégé de « Dieu » pour évoquer cette Réalité invisible, inconnaissable, qui dépasse notre entendement : « Force divine », « Vivant » ou autre…
En dehors de cette mise en perspective avec l’histoire du christianisme, la relation des hommes avec le divin est bien au cœur des réflexions conduites actuellement dans le cadre de la Transition : telle est la place de la notion « d’éco-spiritualité laïque » prenant la relève des frémissements du mouvement « New Age ».
La question n’est pas de s’interroger si une telle perspective serait utopique pour assurer à l’humanité un avenir paisible. La seule réflexion qui me paraisse légitime serait de rechercher s’il y aurait d’autres moyens pour répondre, dans le contexte actuel, à l’aspiration des hommes cherchant à donner du sens à leur vie en lien avec cette force qui les dépasse et les anime, tout en les réunissant pacifiquement dans une pratique inspirée par cette sagesse enfouie dans leurs cœurs. Toute autre polémique sur l’avenir de l’humanité serait vaine car sans réponse et nous détournant de l’essentiel.
Alors ? Un pari à faire, un engagement à prendre, un idéal à incarner ? Si les doutes sur l’émergence d’une nouvelle humanité existent bien, nous avons cependant tout à y gagner pour notre évolution personnelle. Et cela pour tous, sans distinction, autant pour les athées que pour ceux engagés dans une pratique religieuse.