Alimentation vivante avril 2016

Un commentaire qui résume bien le déroulement d’une semaine consacrée à l’alimentation vivante.

xxxx Z-P1000607 Z-P1050401

De belles et longues journées où l’on passe d’une activité à une autre, d’un endroit à un autre,  au sein d’un petit groupe, le tout orchestré magistralement par Gérard.
Des journées ponctuées par quelques rituels bien sympathiques comme la pensée du jour, le gâteau du matin accompagné de carrés de chocolat et d’une tisane aux plantes, une série conséquente  de livres disponibles à la consultation chaque jour  sur une thématique différente en lien avec celle du stage, les petits soins quotidiens (levain, graines germés…), les préparations et dégustations de mets et boissons, les déjeuners en commun.
De bons fous rires, des dégustations à gogos, certaines surprenantes.
La rencontre avec les autres participants et Gérard, le généreux farfadet de Lalaye.
Ah Gérard, avec son désir irrépressible de transmettre techniques, pratiques et tours de main finement réglés tout au long de ces années.
J’ai apprécié de pouvoir disposer de nombreux support écrits, qui vont me servir de références pour mes réalisations futures et me permettre de décliner avec créativité, les recettes de Gérard.
5 jours de «vacances» bien chargées pour moi, avec des heures de sommeil à rattraper et un programme de réalisations personnelles pour la suite bien «drivés» grâce à ce stage.
Anne

Pains spéciaux faciles à faire

Pains spéciaux faciles à faire

Deux journées sont consacrées aux pains avec une spéciale « levains » ; les autres pains, en général à base de levure, sont à découvrir lors de cette journée « pains spéciaux ».

Inutile d’avoir une MAP… machine à pain !

Voici un petit aperçu en image :

 xxxx P1020301 Purée potimarron P1020269 Cracker P1020322 Pain essénien P1020320 Blé germé essénien
P1020306 Pâton marbré P1020305Mise en moule P1020304Feuilles pour foin P1020303Aromates divers
P1020310 Mise au four P1020309 Pâton coquelicot P1020308 Avant façonnage P1020307 Incrustation d’orties
P1020316 Base de foin P1020315Incrustations cuites P1020314Sortie du four P1020311Foccacia
 xxxx P1050617 Pain hérisson P1020319Four P1020318Quelle variété ! P1020317Incrustation foin

Découverte plantes alimentaires et médicinales

Découverte plantes alimentaires et médicinales

Ci-dessous un petit aperçu de plantes médicinales que l’on utilise aisément en cuisine ; elle font partie de la vingtaine de plantes habituellement identifiées lors du stage « alimentaire et médicinal ». A cuisiner et usages en médecine populaire à découvrir avec, en particulier, l’ouvrage de C. Busser.

xxxx P1020027 Oxalis P1020028Aspérule P1020033Genêt à balai P1020035Berce en fleur
P1020015 Sureau P1020019 Armoise P1020020Robinier P1020024Ortie
P1020002 Renouée bistorte P1020006Centaurée P1020013Ronce en fleur P1020014Eglantine
P1020101 Coquelicot et bleuet P1020034Raiponce P1010997Consoude P1010999Reine des prés
P1020109Fenouil P1020156Identification P1020102Mauve P1020108Lamier blanc

 

 

Après la foire Ecobio de Colmar

Après la foire Ecobio de Colmar

Vous avez été nombreux à vous arrêter devant notre stand et à manifester votre intérêt pour nos activités de stages, en particulier celles en lien avec l’alimentation vivante.

L’alimentation vivante intègre notamment les produits fermentés, les graines germées et la cuisine sauvage. En savoir plus : article à consulter ici

P1050309

Focus sur bouteilles et bocaux :

xxxx P1050293 - Copie P1050283

Animation d’un atelier sur l’espace démonstration culinaire organisé avec brio par Christine Ackermann (Biocoop Sonnebluem à Colmar)

P1050284

Un reportage sur l’atelier cuisine et les produits en exposition est disponible ici

Reportage_Colmar

Au-delà du regard

Au-delà du regard

Ce qui est dit ci-dessous à l’occasion d’une visite de mon jardin sauvage est transposable, bien sûr, à toute expérience de la nature, et au-delà, à toute expérience, visuelle ou non,  procurée par notre vie, qu’elle soit agréable ou pas.

Aube de l'Autre 2

Arriver peut-être à ce que les profondeurs des jardins, avec en particulier leurs aspects symboliques et poétiques, arrivent à se confondre avec notre univers psychique. Faire en sorte que notre divagation spirituelle, mentale, imaginative reste alimentée par ce que notre œil perçoit des apparences offertes par les jardins et l’entraîne dans des mondes situés au-delà de ce qui est perçu.

Le jardin rend possible cette manière de voir
–appelons-la « perception en profondeur »-

en mettant à jour ce qui est imperceptible à l’œil
et en faisant émerger au royaume de la présence
tout ce qui est latent dans le phénomène.

R. Harrison

Aube de l'Autre 3

Ce qui se donne à voir
Est toujours plus grand que nos yeux
Alors : voir ce que l’on voit
Et voir tout ce que l’on ne voit pas
Ni aveugle, ni voyant
Décrire ses entre-vues.
Extrait de la préface de JY Leloup du livre Désert

Aube de l'Autre 4

Le voyage de la découverte
ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages

mais à voir les choses différemment.
Marcel Proust

Aube de l'Autre 1

Ces photos m’ont permis d’illustrer le livre de Gilles Farcet : L’Aube de l’Autre ». A partir du réel, elles peuvent conduire le regard bien au-delà, en laissant en suspens les questions qui taraudent notre habituelle curiosité. Mais c’est quoi, c’est fait comment, etc. ? Supporter l’inconfort du questionnement et écouter simplement ce qui chante en nous.

Un jardin… pour apprendre à regarder !

Un jardin… pour apprendre à regarder !

L’arbre cacherait la forêt. La puissante technique d’inversion de regard conduit à réfléchir à la pertinence du constat que c’est la forêt qui cache l’arbre, et dans la même optique, la prairie qui cache l’herbe ! Oui, en effet, devant tant de profusion le regard risque de balayer l’ensemble sans trouver une motivation à s’arrêter sur un arbre, sur une herbe en particulier. Il y en a tant, en apparence de semblables, que cela ne mérite pas que l’on s’y attarde ! Et voici que l’arbre, que l’herbe sont devenus parfaitement invisibles pour nous. Alors, tentez l’expérience du chasseur immobile. Arrêtez-vous dans la nature, n’importe où, dans l’endroit le plus banal qui soit, et observez longuement ce qui se passe autour de vous. Une petite fleur, un insecte qui grimpe le long d’une tige, un papillon qui passe par là, une pierre aux formes étranges, etc. Il suffit de prendre son temps et d’aller à la rencontre de ce qui est sans chercher quelque chose de soi-disant extraordinaire, et bien vite l’extraordinaire surgit comme une évidence !

08062014-PSMITH-608 08062014-PSMITH-598 - Copie

Tant de choses à voir, si peu que l’on regarde vraiment ! et de moins en moins. Rilke, déjà, émettait l’hypothèse que le destin de la terre était de devenir invisible, selon un processus en cours de transmutation du visible vers l’invisible. Le temps passé actuellement devant les écrans pour se contenter d’un monde virtuel irait-il dans ce sens ? A noter aussi que le regard humain est avant tout une manière de voir, déterminée par des cadres culturels, historiques qui conditionnent l’étendue de notre perception. Retrouver le regard émerveillé de l’enfant peut être un objectif pour tenter de rétablir nos capacités à voir pour de vrai.
R. Harrison constate qu’il « existe aujourd’hui un gouffre entre la vertigineuse richesse du monde visible et l’extrême pauvreté de la perception que nous en avons. »
Ce constat, ramené au jardin, conduit à pressentir le risque que les visiteurs ne « voient » pas vraiment le jardin ; alors prendre son temps pour débusquer l’extraordinaire de la vie foisonnante dans la banalité apparente d’un jardin un peu sauvage. Un accompagnement peut être utile pour « ouvrir » les yeux : visite guidée, carnet de visite, signalétique, agencements multiples…

P1010033 P1010061

Un jardin extraordinaire

Un jardin extraordinaire

Après avoir eu en charge pendant deux ans un « Jardin Remarquable », je tenais à remettre en valeur le p’tit bout de terrain d’une dizaine d’ares qui entoure ma maison en lui attribuant le label « Jardins Extraordinaires » ! J’ai  créé ce label, avec un petit air de provocation à l’égard de certains, avec un message fort qui pourra être décrypté par d’autres.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Logo_Jardin_extraordinaire_ allege

Voici un texte de présentation pouvant suggérer ce qui vous y attend !!

Un jardin extraordinaire
avec des plantes pourtant très ordinaires
à découvrir, lors d’une visite furtive
ou en prenant tout son temps pour le plaisir d’y vivre des moments magiques :
des parfums de Paradis retrouvé attendent qui saura s’y attarder, et regarder vraiment.
Mille occasions de réenchanter sa vie en perçant les secrets des 4 bonheurs…
Traditions, savoir-faire oubliés, herbes précieuses et graines de sagesse pour une vie en harmonie avec la nature.
Une visite guidée peut être une manière instructive de découvrir la vision qui anime le jardinier !

07062014-PSMITH-538 07062014-PSMITH-510

Le nom de baptême donné à ce jardin extraordinaire est  » Jardin des 4 Bonheurs »

Pour découvrir quels sont ces « 4 Bonheurs », cliquer ici

Je parle de « parfums de Paradis »… c’est bien plus que de la poésie mais une clé précieuse pour accéder au bonheur, maintenant, ici même. C’est ainsi que Clarissa Pinkola-Estés dans son roman « Le jardinier de l’Eden » nous conseille de faire revivre ce paradis, là où l’on est. « Où est le Jardin d’Eden ? Mais voyons, il est partout où nous nous trouvons sur cette terre ! Nous sommes en plein milieu de l’Eden. Sous les voies ferrées et les autoroutes, sous son revêtement fatigué et ses détritus, la terre entière est le jardin de Dieu, aussi neuf qu’au premier jour. D’accord, en beaucoup d’endroits on a recouvert l’Eden, on l’a oublié, mais on peut le reconstituer. Partout où le sol est épuisé, maltraité ou laissé en friche, il y a l’Eden par en-dessous ».

Ce texte met l’accent sur notre regard à même de s’émerveiller de ce qui est caché ou devenu invisible de par sa banalité apparente, de par sa profusion ! Retrouver les chemin du Paradis suppose de porter une attention toute particulière à notre regard, ce qui justifie un article à part entière.

07062014-PSMITH-541 07062014-PSMITH-517

Photo entre voyeur et voyant

Photo entre voyeur et voyant

La vie est à caresser, elle se refuse à ceux qui veulent la saisir, la prendre, la comprendre. Elle se donne à la main qui ne herche pas un « quelque chose » mais s’ouvre à une présence jamais atteinte. Les secrets ne s’arrachent pas, ils se devinent. La caresse renonce à savoir pour mieux rencontrer, elle n’est pas « la connaissance de l’être mais son respect ». La vie est à respecter…

xxx Déserts 10 Image (600) Image (606) Image (594)

Ce qui est vrai de la main, l’est aussi de l’esprit et du regard. Le photographe ne devrait pas savoir tout ce qu’il voit. Il y a de l’invisible qui rôde ou plutôt qui érode les brefs contours dont l’objectif a gardé la mémoire. Le voyeur peut devenir voyant, l’image la plus simple est alors l’icône la plus sûre ; ce sont les regards les moins pesants qui laissent dans l’image l’empreinte la plus forte.

Extrait de la préface du livre « Déserts », texte de Jean-Yves Leloup

Voir autres images ici